Registre officiel

Quelle politique d'élevage mettre en oeuvre pour contrôler et limiter les conséquences de la dysplasie coxo-fémorale ?

Lors du congrès national de l'AFVAC en 2013 (l'Association Française des Vétérinaires pour Animaux de Compagnie), le Professeur GENEVOIS est intervenu le 28/11/2013 lors des rencontres vétérinaires / éleveurs.

Vous trouverez ci-dessous le résumé de son intervention.

 

1-Introduction

Répondre de manière exhaustive à la question de la politique d'élevage à mettre en oeuvre pour contrôler et limiter les conséquences de la dysplasie coxo-fémorale relève d'avantage des compétences du généticien que de l'orthopédiste.

Nous pouvons néanmoins rappeler quelques principes qui n'ont rien de nouveau, mais qui semblent parfois, de manière paradoxale, être totalement ignorés.

Dans le cadre des affections relevant de la génétique quantitative, lorsque l'héritabilité a une valeur « moyenne », comme c'est le cas pour la dysplasie de la hanche, les résultats obtenus par la pression de sélection sont lents à apparaître, ils nécessitent des efforts sur le long terme, menés de manière pertinente et soutenue.

 

2-Recommandations destinées à l'éleveur.

En premier lieu, il faut accepter le fait que l'affection est bien une affection héréditaire, et accepter d'agir en conséquence.

L'un des points essentiels est naturellement le choix des reproducteurs. La sélection est souvent, en premier lieu, une sélection individuelle. Il faut naturellement, dans ce cadre, s'intéresser à l'état des hanches du sujet, et choisir un individu non dysplasique. Il s'agit d'une étape « nécessaire mais insuffisante », qui est souvent négligée lorsqu'on découvre par exemple a posteriori qu'on a fait, à grands frais, l'acquisition d'un sujet à l'étranger et que ce dernier est classé « C », voire D lors de la lecture du cliché des hanches...
L'expérience montre que, dans ce cas de figure, c'est plus souvent la sévérité du lecteur qui est mise en cause que le manque de précautions prises avant l'achat de l'animal (on peut rapprocher cet exemple de celui de l'animal qui a très bien « tourné » en exposition, et dont on contrôle les hanches en catastrophe, après qu'il ait gagné un prix prestigieux, au lieu de le faire avant etc...).

La seconde étape de la sélection est la sélection généalogique, qui nécessite d'avoir de informations sur l'état des hanches (au minimum) des parents et des grands-parents. La mention, sur le pedigree, du résultat de la lecture des hanches de chaque animal est la meilleure information dont on dispose (en se méfiant toutefois du fait que certains de ces résultats concernent la période où le dépistage sur animal « vigile » était autorisé...). La question de savoir si l'inscription doit concerner uniquement les « bons résultats » ou obligatoirement tout résultat reste ouverte (la seconde option ne pouvant s'envisager que si la radiographie systématique de tout sujet, avant sa mise à la reproduction, devenait obligatoire, comme c'est le cas dans plusieurs pays...).

Il serait également utile (« sélection sur les collatéraux), toujours dans le cadre de la sélection d'un reproducteur, d'avoir une idée du pourcentage d'individus ayant des hanches normales chez les frères et soeurs (si l'animal est le seul individu normal de la portée, sa valeur génétique vis-à-vis de l'affection risque de ne pas être très intéressante).

Enfin, même si dans l'espèce canine la sélection sur la descendance est difficile à mettre en oeuvre de manière rationnelle, le fait de surveiller le taux de dysplasie chez les descendants d'un reproducteur (mâle ou femelle) dont les hanches sont bien notées, permet parfois assez rapidement de dépister certains « faux négatifs » (individus dont le phénotype est normal, mais qui transmettent allégrement l'affection...). Un certain nombre de travaux portent sur l'établissement d'indices de sélection (de type « best linear unbiased predictor » ou « BLUP »), ils relèvent du domaine du généticien et  ne seront pas évoqués ici.

Toutes ces mesures sont naturellement plus faciles à mettre en oeuvre au sein de races ou la prévalence de la dysplasie n'est pas trop élevée. Pour les races où cette prévalence très forte, il est sans doute intéressant, compte tenu de l'héritabilité plus forte attachée à ce type de détection, de procéder à des tests de laxité au moyen des procédés de radiographie en position forcée.

Dans le cadre du dépistage de l'affection, il faut accepter de considérer que ce dernier, même s'il n'est pas parfait, doit correspondre autant que possible à l'état des hanches d'un sujet et non être un « certificat de reproduction systématique ». La meilleure fiabilité de l'examen radiographique pratiqué dans des conditions de relâchement musculaire a été largement démontrée, d'où son intégration dans la réglementation FCI. Il va cependant (naturellement) de pair avec un plus grand risque d'avoir un « mauvais » résultat si les hanches sont dysplasiques... D'où la tentation de recourir aux services de certains vétérinaires, qui ne font pas honneur à l'éthique de la profession, et qui sont réputés pour être des « faiseurs de bonne radios » (en utilisant des doses homéopathiques de sédatifs, en multipliant les clichés jusqu'à obtenir une « bonne » - celle où l'hyperlaxité n'apparaît pas - radiographie, en utilisant un coussin de contention placé à la hauteur des hanches etc..etc...).

Lorsqu'une radiographie bien positionnée a mis en évidence une anomalie des hanches, il faut l'accepter sans chercher à multiplier les examens radiographiques. Rappelons que la réglementation FCI impose, lorsque plusieurs clichés « acceptables » sont proposés pour un même animal de retenir la radiographie sur laquelle le résultat est le plus défavorable et non la radiographie sur laquelle l'animal est le mieux classé.

Il semble enfin important de souligner que, compte tenu de la complexité de la génétique de la dysplasie de la hanche, il arrive, même chez les éleveurs les plus consciencieux, de voir de temps à autre « surgir » un individu dysplasique au sain de lignées considérées comme « saines » depuis plusieurs générations.

 

3-Recommandations pour les clubs de race.

La mise en place des grilles de sélection type par la SCC, et leur adoption/adaptation par les clubs de race est naturellement d'une grande importance.

Pour les races concernées par l'affection, elles prennent en compte, dans le cadre de l'attribution des « points », le dépistage de la dysplasie de la hanche et le classement obtenu par l'animal sur la grille FCI. Il est logique que les conditions soient plus strictes, pour l'attribution de ces points, au sein des races où la prévalence de la dysplasie est peu élevée. Encore faut-il que la politique de dépistage mise en place au sein du club de race soit pertinente et soutenue sur le long terme.

Parmi les erreurs grossières les plus couramment rencontrées, on peut citer :

  • la recherche d'un lecteur officiel "près du terrain", "connaisseur de la race", "moins tatillon", et surtout moins strict dans les cotations de radiographies...

Certains clubs pratiquent ainsi une véritable « valse » des lecteurs, ou multiplient le nombre de ces derniers. La multiplication des lecteurs pour un même club de race n'est jamais une bonne idée. La rigueur voudrait en effet, en cas de lecteurs multiples, que les clichés soient lus par tous les lecteurs et que ces derniers discutent entre eux, en cas d'avis divergent, afin d'aboutir à un classement pertinent (ce qui rallonge le temps, et le coût de l'analyse). En réalité, la plupart du temps, on « joue » les lecteurs les uns contre les autres, en ne retenant que le classement qui est le plus « favorable », éventuellement à l'issue d'un nombre non limité de radiographies successives des hanches du même animal, et en contradiction totale avec la réglementation FCI... Même s'il est exact que, pour certains animaux « limite de stade » le classement entre deux lecteurs peut varier légèrement, le fait de garder le même lecteur (compétent) sur une très longue période est le garant d'une politique de sélection susceptible de porter des fruits. Toute « baisse de la garde » (= tout retour en arrière) dans le cadre de la lutte contre l'affection fait perdre, en peu de temps, le fruit d'années d'effort constructif. Une réflexion est actuellement en cours au sein du groupe d'étude des affections ostéo-articulaires de la SCC afin de réglementer le choix et le changement éventuel des lecteurs officiels.

  • la mise en place de procédures « d'appel interne » (ou de « seconde lecture ») qui vont à l'encontre du but recherché (contrôler et limiter les conséquences de la dysplasie de la hanche).

Rappelons que, lors de l'envoi du dossier radiographique, le propriétaire de l'animal est censé certifier que son animal n'a pas déjà fait l'objet d'une radiographie officielle. En effet, en cas de recours, la procédure FCI impose que ce soit la radiographie qui a fait l'objet du classement initial qui fasse l'objet de l'examen en appel.

L'examen d'une seconde radiographie n'est acceptable que dans la mesure où :

a/ le premier cliché soumis à analyse ne met pas en évidence, de manière indubitable, des signes de dysplasie et notamment  d'hyperlaxité articulaire,

b/ le second cliché, réalisé dans des conditions strictement identiques  à celles du premier examen, correspond à un positionnement de l'animal nettement meilleur que sur la première radiographie, le défaut initial ayant été susceptible de défavoriser l'animal lors du premier jugement.

Ces règles doivent s'imposer même dans le cas des « appels internes », sinon le but clairement affiché n'est pas de connaître l'état réel des hanches d'un sujet vis-à-vis de l'affection, mais de tout faire pour qu'il ait le meilleur résultat possible à la lecture des hanches, quel que soit l'état réel de ces dernières.

  • l'abaissement de l'âge du dépistage officiel chez les grandes races et les races géantes.

Tous les travaux portant sur cette question montrent que la fiabilité du dépistage reposant sur le procédé actuellement officiel (radiographie « standard », bassin de face, membres postérieurs en extension) est d'autant plus fiable que le dépistage est effectué tardivement par rapport à la croissance squelettique (publication de Morgan en 1985 chez le berger allemand : on passe d'une fourchette de 70-80 % de dépistage de la dysplasie à 12 mois à une fourchette de 92-95% de dépistage à 2 ans, et à  98%  à 3 ans...). C'est la raison pour laquelle aux USA, pour l'OFA, un résultat obtenu avant 24 mois est un résultat provisoire (= non officiel). La circulaire FCI  46-2009 annexe 1 dit que l'âge minimal pour le dépistage de la DH est de 18 mois pour les races de grande taille et les races géantes. Quand on diminue cet âge pour ce type de race, quel qu'en soit le motif, on diminue la fiabilité du dépistage (et on « revient en arrière », sur le plan des résultats, lorsque cette règle était appliquée préalablement).

La position des responsables de clubs de race est souvent délicate, particulièrement (mais pas forcément...) au sein des races où la prévalence de la dysplasie de la hanche est élevée.

Il n'en demeure pas moins que plusieurs études démontrent que seule une politique de dépistage et de contrôle, menée de manière pertinente sur le long terme, permet d'obtenir de réels résultats, même si ces derniers sont lents et s'installent de manière très progressive.

Les éleveurs, pour leur part, font un travail passionnant, souvent ingrat et qui implique énormément d'abnégation et de sacrifices (d'autant que la dysplasie coxo-fémorale n'est qu'un des aspects de la sélection). Leurs efforts sont payants sur le long terme, surtout à une époque où « le bien-être médical » de l'animal devient un enjeu d'actualité en élevage.